Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 09:36

Jeudi 20 novembre, Michel Goldberg invite à la présentation de son livre "L'antisémitisme en toute liberté" , en présence d'Antoine Spire, vice-président de la LICRA.

Nous reproduisons cette invitation publique. Nous souhaitons aussi rappeler la position de la section LDH de La Rochelle, ci-après cette invitation.

Enfin, nous portons à votre connaissance le dernier communiqué de l'Observatoire de la liberté de création, en date du 19 sept. 2014 à propos d'une menace de censure d'une pièce de théâtre à Angers.

Nous sommes attachés à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et toutes les formes de discrimination, contre les idées d'extrême-droite, mais aussi au respect de la liberté de création artistique, au nécessaire débat citoyen que peuvent permettre des créations, que l'on ne doit pas confondre avec les discours et pamphlets politiques tel le récent ouvrage d'Eric Zemmour "Le suicide français".

Henri Moulinier

Président de la section LDH La Rochelle-Aunis

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

1 Voici l'Invitation à la présentation du livre de Michel Goldberg : "L’antisémitisme en toute liberté"

Préface de Daniel Mesguich. Postface de Serge Klarsfeld Avec des textes de François Rastier, Isabelle Starkier, Maryse Souchard, Jean-Paul Salles, Guy Konopnicki, Richard Prasquier, Pascal Lederer (pour Une autre voix juive) et le Cabinet de Mme Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur Editions Le bord de l’eau. 2014

En présence d’Antoine Spire, vice-président de la LICRA

Jeudi 20 novembre 2014 à 20h00

Salle Amos Barbot 37, rue du collège à La Rochelle

Une pièce de théâtre, récemment écrite et jouée par une troupe de l’Université de La Rochelle, a été construite sur un ensemble de stéréotypes violemment antisémites. On y voit « le » Juif sous ses différents masques : dominateur, profiteur, censeur masquant ses turpitudes, esclavagiste de notre jeunesse, tirant tous les bénéfices de la Shoah, et dont la religion n’est qu’un paravent… Cette pièce, conformiste par ailleurs, serait tombée dans l’oubli si toute une frange de l’opinion, en particulier universitaire et associative, n’avait pris fait et cause pour la troupe et les animateurs des ateliers de théâtre, en invoquant notamment la liberté d’expression et la liberté artistique.

Michel Goldberg a tenté de dialoguer avec ces responsables, et il analyse ici leurs arguments. Mais d’injures en manœuvres de diversion, de nombreuses attaques infamantes ont été menées à son encontre, via le forum universitaire et des sites internet. Les institutions en charge de la pédagogie et de la défense des valeurs de la République ont laissé se développer un climat délétère à l’université.

Des articles de presse, le livret de la pièce de théâtre antisémite et des analyses se trouvent sur le site suivant : https://sites.google.com/site/atelierecriturelarochelle/ Pour toute information : Michel Goldberg : mgoldber@univ-lr.fr

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

2 Voici la lettre de la section LDH au président de l'Université de La Rochelle

La Rochelle, le 22 mai 2013

Section LDH de La Rochelle-Aunis

A Monsieur Gérard BLANCHARD Président de l’Université de La Rochelle

Objet : proposition d’initiative citoyenne Monsieur le Président,

Une pièce de théâtre a été écrite par des étudiants encadrés par un auteur québécois Eric Noël, dans le cadre d’un atelier d’écriture de l’Université de La Rochelle, « en les accompagnant et les guidant dans l’écriture » de cette pièce, dit la présentation officielle, et « sous la conduite et la mise en scène de Claudie-Catherine Landy ».

Cette pièce, « sur le rôle de vos enfants dans la reprise économique mondiale porte un regard relativement féroce main non dénué d’humour sur notre monde, absurde et déréglé par la finance folle ». La société d’investissement Goldberg et C° en constitue l’acteur central. Cette pièce, dit encore la présentation officielle, présente « des personnages authentiques, à la fois universel et révélateurs de notre monde d’aujourd’hui […] ».

Le contenu de cette pièce interroge les stéréotypes qu’elle véhicule, envers une dizaine de personnages, dont la « Goldberg and C° » dirigée par « Richard Goldberg, riche homme d’affaire juif… ».

L’intention des étudiants était, certes, de forcer les traits pour faire rire le public. Nous ne mettons pas en cause leur démarche théâtrale, leur bonne foi, ni celle de Claudy Landy. Mais, dans un contexte social et politique marqué par une réelle et forte montée d’un racisme banalisé, qui fait le lit de la droite extrême, utiliser le stéréotype du « banquier juif » n’est pas neutre et peut contribuer à alimenter, de manière involontaire, ce racisme et cet antisémitisme ambiant.

La Section LDH de La Rochelle Aunis se déclare très attachée à la liberté de création théâtrale à l’Université comme partout. Il n’est donc aucunement question de demander une quelconque censure. Mais, à fortiori dans le cadre universitaire, la liberté de création ne va pas sans esprit de responsabilité, sans faire vivre des valeurs humanistes de tolérance mutuelle, de fraternité, de solidarité, d’antiracisme.

Un devoir de mémoire est aussi nécessaire.

Enfin, un éclairage du sens de la pièce, de son écriture, est souhaitable pour contribuer à la nécessaire réflexion critique à l’Université. Ainsi, une présentation préalable aurait pu constituer un moyen de permettre aux spectateurs de voir la pièce avec le recul nécessaire.

Par delà cet épisode, la section de la LDH rochelaise souhaiterait que se développent sur l’Université, La Rochelle et son agglomération, des initiatives culturelles ou autres, permettant le débat citoyen contre le racisme, la montée des idées d’extrême-droite et pouvant faire émerger les valeurs portées par l’Université.

Nous faisons appel en ce sens à vous-même, M. le Président de l’Université, ainsi qu’aux personnels et étudiants et à leurs organisations, aux créateurs locaux, en particulier à Claudie-Catherine Landy, metteur en scène du Théâtre « Toujours à l’horizon », connue et appréciée pour son travail de création sur La Rochelle et à l’Université depuis des années.

Nous souhaitions, Monsieur le Président, porter à votre connaissance notre réflexion, soucieux que nous sommes, comme beaucoup d’autres, comme vous-même, de l’échange, du débat citoyen, de la défense des valeurs de la République. Nous sommes à votre écoute pour toute rencontre et nous vous prions, Monsieur le Président, d’accepter l’expression de nos respectueuses salutations. Pour la section LDH de La Rochelle-Aunis Henri Moulinier Président ldhlr@free.fr ou henri.moulinier@orange.fr 06 77 82 78 87

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

3 Voici, enfin, le communiqué de l'Observatoire de la liberté de création sur les événements d'Angers

LIBERTE DE CREATION

Des artistes accusés de déranger, des élus tentés de censurer

Communiqué de l'Observatoire de la liberté de création, dont la LDH est membre

Depuis plusieurs mois, nous assistons à des actes d’entrave ou de censure des libertés artistiques. Ils sont de plus en plus souvent accompagnés d’une ingérence politique qui porte atteinte aux libertés d’expression, de création et de programmation.

C’est ce qui s’est une nouvelle fois produit le 12 septembre dernier, à Angers, lors du festival « Les accrochecoeurs ». Les représentations du spectacle Les Squames, de la compagnie Kumulus, ont été perturbées par des individus taxant de racisme une proposition qui travaille justement sur l’interpellation de chacun sur ses représentations de l’exclusion, l’intolérance et l’enfermement des minorités.

Le maire a d’abord voulu annuler les représentations, pour répondre à des plaintes émanant de réseaux supposés protéger le public d’images pouvant choquer. Grâce à la mobilisation de l’ensemble des équipes artistiques programmées et de nombreux spectateurs, ainsi Qu’à la médiation de la direction du Festival, la municipalité est revenue sur cette décision, pour reprogrammer ce spectacle de rue dans un établissement.

Ce qui s’est passé à Angers pose à nouveau des questions essentielles :

- qu’attend-t-on de l’art, sinon qu’il interroge ?

- l’art est-il exclu désormais de l’espace public, dès lors qu’il dérangerait certains ?

- les métiers de la création et de la diffusion sont-ils soumis au jugement des élus des villes où ils s’exercent ?

- l’exercice des responsabilités de ces élus se fait-il dans l’urgence des pressions de quelques groupes actifs, d’inspiration communautariste, idéologique et religieuse ?

Pour nous, ces questions touchent directement aux libertés fondamentales d’une démocratie. Dans un climat politique délétère de montée des populismes, certains élus menacent la création artistique par des formes de censure directe ou indirecte des oeuvres, chaque fois qu’ils cèdent à la pression de groupuscules s’autoproclamant les gardiens arbitraires de la morale, des élégances et de la vertu.

*Nous avons besoin de dialogue : l’espace public est le premier lieu de l’échange citoyen. *Nous avons besoin de métaphores pour penser : l’art en est le premier vecteur.

*Nous avons besoin de rencontres pacifiées au-delà des interprétations hâtives : la vie culturelle en est l’occasion permanente.

En défendant les libertés d’expression, de création et de diffusion artistiques, ce sont des fondamentaux républicains et laïcs que nous défendons. Les oeuvres doivent être préservées des jugements arbitraires qui chercheraient à en restreindre le contenu ou la diffusion. Le regard singulier des artistes sur le monde doit rester accessible à tous et continuer d’éclairer notre avenir commun. Paris, le 19 septembre 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen - dans antiracisme
commenter cet article

commentaires

  • : LDH La Rochelle-Aunis
  • LDH  La Rochelle-Aunis
  • : Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen, Section La Rochelle-Aunis
  • Contact

Présentation

  • Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen
  • Blog de la section de La Rochelle-Aunis de la Ligue des droits de l'homme.

Recherche D'articles

Bureau de la LDH LR-Aunis

Président: Jean Marie ARCIER (07 50 20 60 67)

Vice-Président (délégué régional) : Henri MOULINIER (06 77 82 78 87)

Secrétaire: Martine PHILIPPE 06 50 13 64 68

Trésorier (et culture) Claude BARBOSA 07 80 51 50 68

Jacques CATRIN (Collectif diversité) 06 78 79 71 46

Danièle CHABARDES GARONNE (droit des étrangers) (05 46 00 70 76)

Julia ROSSIGNEUX (relations avec l'Université): 06 64 29 51 55

                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Déléguée aux prisons: Denise PIAU ( 06 08 22 23 57)