Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 10:41

Mercredi 10 décembre 2014 Salle des fêtes de Villeneuve-Les-Salines – 18h Conférence-débat avec El-Boukhari BEN ESSAYOUTI, Secrétaire général de l’Association des doits de l’Homme de la région de Tombouctou et Chef de la Mission culturelle de Tombouctou.

Le 10 décembre 1948, l’Assemblée générale de l’ONU adoptait la Déclaration universelle des droits de l'homme : "L'Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations (…)

Son article Ier affirme que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

L’article 2, premier alinéa, indique que « chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation ».

Ces 2 articles fondamentaux de la Déclaration Universelle donnent le sens de la soirée organisée par la Ligue des droits de l’Homme de La Rochelle-Aunis et ADRIAS, Association pour le Développement des Relations Internationales de l’Aunis et de la Saintonge Mercredi 10 décembre à 18h Salle des fêtes de Villeneuve-Les-Salines La LDH et ADRIAS ont invité un homme qui vient tout droit de Tombouctou, Monsieur El-Boukhari BEN ESSAYOUTI, Secrétaire général de l’Association des doits de l’Homme de la région de Tombouctou et Chef de la Mission culturelle de Tombouctou.

Monsieur BEN ESSAYOUTI est bien placé pour parler de la situation et de l’avenir du Mali de Tombouctou et de toute la région, un an et demi après l’intervention de forces militaires française, pour arrêter et refouler l’avancée des fondamentalistes islamistes sur le territoire malien.

C’était le 11 janvier 2013. L’opération française Serval déma rrait, pour aider l’armée malienne à stopper la progression des islamistes, répondant à l’appel du président par intérim du Mali, Dioncouda Traoré, après que 1 200 djihadistes d’Aqmi, du Mujao et d’Ansar Dine se soient emparés de Konna, dans le centre du pays, situé non loin de Sévaré, la dernière ligne de défense de l’armée malienne qui tenait le sud du pays. 4 000 soldats français sont arrivés. Deux semaines après, le 28 janvier, les armées françaises et maliennes entraient dans Tombouctou, la ville de notre ami Ben Essayouti. Tombouctou était occupé par les forces d’Aqmi depuis 10 mois. Ces fondamentalistes voulaient instaurer un émirat islamiste dans le nord du Mali. Ils ont détruit de plusieurs mausolées de saints musulmans dans la ville, l’objectif étant de tous les détruire. Cette volonté destructrice était une réponse à la décision de l’UNESCO annoncée fin juin 2012 de placer Tombouctou, depuis 1988 au patrimoine mondial de l’humanité, sur la liste du patrimoine en péril.

Fondée entre le XIe siècle et le XIIe siècle par des tribus touaregs, et surnommée « la cité des 333 saints », Tombouctou a été un grand centre intellectuel de l’islam et une ancienne cité marchande prospère des caravanes. Tombouctou est également célèbre pour ses dizaines de milliers de manuscrits, dont certains remontent au XIIe siècle et d’autres de l’ère préislamique. Ils étaient pour la plupart détenus par les grandes familles de la ville, dont celle de El-Boukhari Ben Essayouti. Environ 30 000 de ces manuscrits qui étaient conservés dans un institut gouvernemental ont été déplacés et sécurisés ailleurs, après le saccage des lieux par les islamistes en avril 2013

Depuis l’intervention française, la situation a évolué sans pour autant voir cesser l’action des groupes fondamentalistes. Ainsi, en mars 2014, une dizaine de combattants d’Aqmi étaient tués par des avions de combat et des hélicoptères dans la vallée de l’Amettetaï. Fin octobre 2014, un soldat français était tué au Mali lors d’un violent accrochage avec des dijhasistes dans le nord du pays et un autre était grièvement blessé.

Monsieur El-Boukhari BEN ESSAYOUTI est des plus qualifiés pour nous parler de ces événements, des volontés hégémoniques et destructrices des islamistes et aujourd’hui pour nous donner à voir le travail de préservation de ce patrimoine culturel de Tombouctou, lui qui est le chef de la Mission culturelle de sa ville. Il est aussi bien placé, comme responsable de l’association des droits de l’Homme, pour évoquer les questions politiques, religieuses, les évolutions de son pays et de sa ville depuis le refoulement des fondamentalistes, pour tracer les pistes de son avenir.

Un an après, où va le Mali ? Où va Tombouctou, cette ville mythique ?

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans droits de l'Homme
commenter cet article

commentaires

  • : LDH La Rochelle-Aunis
  • LDH  La Rochelle-Aunis
  • : Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen, Section La Rochelle-Aunis
  • Contact

Présentation

  • Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen
  • Blog de la section de La Rochelle-Aunis de la Ligue des droits de l'homme.

Recherche D'articles

Bureau de la LDH LR-Aunis

Président: Jean Marie ARCIER (07 50 20 60 67)

Vice-Président (délégué régional) : Henri MOULINIER (06 77 82 78 87)

Secrétaire: Martine PHILIPPE 06 50 13 64 68

Trésorier (et culture) Claude BARBOSA 07 80 51 50 68

Jacques CATRIN (Collectif diversité) 06 78 79 71 46

Danièle CHABARDES GARONNE (droit des étrangers) (05 46 00 70 76)

Julia ROSSIGNEUX (relations avec l'Université): 06 64 29 51 55

                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Déléguée aux prisons: Denise PIAU ( 06 08 22 23 57)