Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:45

Une parole d'un prêtre rochelais, en toute liberté, très attaché à la laïcité, qui est l'absolue liberté de croire ou de ne pas croire, la séparation du religieux et du politique, le respect des hommes et des femmes, de leur dignité.

Je vous invite à lire ce témoignage de tolérance, d'échange, de respect mutuel

Henri Moulinier

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Nous étions une vingtaine devant la mosquée de Mireuil ce vendredi, jour de prière pour les musulmans. A l’appel de Jean-Luc, habitant du quartier et coordinateur de la mission ouvrière, des chrétiens de la paroisse, et quelques amis dont certains non croyants, étaient au rendez vous. Un soutien à l’occasion du traumatisme provoqué par la tuerie des journalistes de Charlie Hebdo.

Nous étions soucieux de signifier aux musulmans qu’ils n’étaient pour rien dans ce qui venait de se passer, et que nous voulions leur apporter notre sympathie et notre soutien, en ces moments où l’amalgame était facile.

La veille au soir, un rassemblement était organisé sur la place du 14 juillet du quartier de Villeneuve les Salines, à l’appel du Collectif des associations, pour un temps de recueillement en mémoire des journalistes assassinés. Des musulmans turques et marocains étaient présents. Une mère de famille disait que l’institutrice de ses enfants, leur avait expliqué que les mouvements de rassemblement avaient été organisés pour commémorer la mort brutale de journalistes « assassinés par des musulmans ». Réactions d’une autre maman disant que l’institutrice de ses enfants avait parlé de terroristes.

Echange sur cet « amalgame » dangereux, qu’il fallait éviter pour ne pas mettre tous les musulmans au même niveau, et même de dire que l‘Islam n’avait jamais appelé à tuer des personnes. Que les assassins n’étaient pas des musulmans, même s’ils se réclamaient de cette foi.

Devant la mosquée, nous échangeons entre nous, saluant au passage les jeunes musulmans se rendant à la prière du vendredi et au prêche de l’Imam. Au bout d’un moment, ils ressortent et nous allons à leur rencontre pour parler des événements. Un jeune nous dit non seulement qu’il n’approuve pas ce qui s’est passé, mais qu’il en est choqué, bouleversé, et nous redit que ce ne sont pas des musulmans qui ont fait ça. Un journaliste de France Bleu, invité, tend son micro. Les jeunes acceptent de jouer le jeu des questions, qui fusent de plus en plus. Peu à peu, une ambiance sympathique s’installe.

Je constate que ces jeunes sont des croyants comme moi, et qu’ils déplorent l’image qu’il pourrait leur être donnée, par ceux qui ne font pas la différence entre les musulmans pris dans leur ensemble et des terroristes qui se réclament de l’islam. Des responsables de la communauté nous disent que nous aurions pu entrer écouter le prêche de l’imam, qui n’a fait que dire cela. Nous leur disons que nous ne voulions pas entrer comme ça, sans avoir prévenu. Alors ils nous invitent à entrer pour visiter la mosquée. Nous entrons après nous être déchaussés : grande salle garnie de moquette aux arabesques colorées. Près du lieu de prêche, l’imam s’entretien avec un homme. Un autre lit le coran dans un angle de la salle. Un groupe de femmes, à qui on a demandé de mettre le foulard par respect de leur tradition, écoute une jeune musulmane leur expliquer la vie d’une mosquée. Un autre groupe de femmes et d’hommes, accompagné du journaliste, interview le responsable de la communauté qui répond très gentiment aux questions. Nous terminons la rencontre autour d’un verre de thé et quelques friandises préparées, dans une salle adjacente. Au moment de nous quitter, les jeunes et moins jeunes nous remercient pour ce moment passé ensemble et pour notre geste de solidarité. Ils nous invitent à revenir à la mosquée quand nous le souhaitons. Ce moment m’a beaucoup marqué. Il ne suffit pas que des prêtres, des pasteurs, des rabbins et des imams se rencontrent. Mais que de simples croyants, sans titre particulier se rencontrent et se parlent, que des chrétiens et chercheurs de sens échangent avec des musulmans, chez eux et non pas seulement sur «notre terrain», comme nous l’avons fait, ça me parle d’un pays où tout homme est mon frère. Des actes à répéter pour éviter les apriori et les amalgames en tous genres, pour vivre, simplement la rencontre de l’autre.

Jean-Marie Baillarguet, prêtre La Rochelle 9 janvier 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen - dans laïcité
commenter cet article

commentaires

  • : LDH La Rochelle-Aunis
  • LDH  La Rochelle-Aunis
  • : Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen, Section La Rochelle-Aunis
  • Contact

Présentation

  • Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen
  • Blog de la section de La Rochelle-Aunis de la Ligue des droits de l'homme.

Recherche D'articles

Bureau de la LDH LR-Aunis

Président: Jean Marie ARCIER (07 50 20 60 67)

Vice-Président (délégué régional) : Henri MOULINIER (06 77 82 78 87)

Secrétaire: Martine PHILIPPE 06 50 13 64 68

Trésorier (et culture) Claude BARBOSA 07 80 51 50 68

Jacques CATRIN (Collectif diversité) 06 78 79 71 46

Danièle CHABARDES GARONNE (droit des étrangers) (05 46 00 70 76)

Julia ROSSIGNEUX (relations avec l'Université): 06 64 29 51 55

                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Déléguée aux prisons: Denise PIAU ( 06 08 22 23 57)