Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 09:31

La MRES regroupe 110 associations activent dans la métropole lilloise et dans la région Nord – Pas-de-Calais
Samedi 29 janvier 2011 par Jean-Paul Biolluz  

« Nous refusons la marchandisation des valeurs » entraîné par la mise en concurrence du milieu associatif avec des entreprises classiques, mais aussi entre les associations elles-mêmes. Affirmé avec force, cette volonté de résistance à une politique qui crée les plus vives inquiétudes dans le milieu associatif, sera l’un des rhèmes de campagne et d’action de la Maison régionale de l’environnement et des solidarités de Lille (MRES) pour l’année 2011.

Navigation rapide

Regroupant 110 associations, la MRES implantée à Lille développe de nombreuses activités dans la métropole lilloise, et plus largement dans la Région du Nord et du Pas-de-Calais. Tous les ans, cette structure présentée comme un lieu de rencontres et d’échanges entre associations, mais aussi de coordination de leurs actions et de leurs interventions publiques, mène des campagnes sur des sujets divers, qui peuvent aussi bien concerner des questions environnementales, que d’autres touchant aux Droits de l’homme, ou encore la vie du milieu associatif.

Un contexte budgétaire inquiétant
En ce début d’années, ses responsables ont, au cours d’une conférence de presse exposer quels seraient les grandes thèmes de campagne de l’année 2011. Rien d’étonnant, donc, à ce que l’on retrouve parmi ceux-ci, au nombre de trois, la situation de plus en plus difficile fait aux associations conséquence d’une politique qui vise à faire entrer les associations dans le jeu de la concurrence. Autre sujet de préoccupation des responsables de la MRES, les politiques de stigmatisation et de haine conduites contre des populations. Enfin, dans le cadre de l’année européenne du bénévolat, les acteurs associatifs mèneront une campagne pour inviter leurs concitoyens à s’engager.Dans un contexte budgétaire inquiétant pour elles, et où les associations souffrent des restrictions imposées par les collectivités, celles-ci refusent donc la marchandisation des initiatives associatives. Les responsables associatifs sont opposés à la généralisation des appels d’offre qui entre dans le cadre de la mise en place d’une politique de concurrence. Les responsables du milieu associatifs avancent plusieurs exemples de la nocivité de cette nouvelle politique.

De la convention à la concurrence
Au niveau local, depuis 20 ans, des associations mènent des actions importantes dans le domaine de l’éducation à l’environnement durable. Elles ont acquis des connaissances et un savoir faire reconnu. Or avec, la mise en concurrence et l’arrivée des appels d’offre, expliquent les responsables du monde associatifs, « des projets conçus et mis en œuvre par des gens qui croient en ces valeurs sont transformés en marchandises. On passe de la convention établit avec une collectivité qui permet aux associations d’intervenir dans les écoles ou les collèges à la concurrence. »Autre exemple mis en évidence, par Mireille Havez, vice-présidente de la MRES, celui du tri des déchets. «  Les premières actions dans ce secteur ont été menées par des associations. Elles ont mis en place les premières unités, qui outre le tri des déchets intégraient une dimension re-insertion de publics chômeurs de long durée ou exclus. Une fois les collectivités convaincues, nota Mireille Havez, et le système en fonction, les grandes entreprises sont arrivées dans un secteur devenu rentable sur certains créneaux profitant de tout le travail raliser précédemment par les associations. »Gérard Minet, membre du conseil d’administration évoqua la situation existant aujourd’hui dans les centres de rétention découlant de cette mise en concurrence. « Auparavant, expliqua-t-il, dans les centres de rétention c’était la Cimade qui était chargée du suivi des situations. Suite à un appel d’offre, il y a deux ans, c’est désormais l’association France Terre d’Asile qui intervient au centre de rétention de Coquelle, et l’Ordre de Malte à celui de Lesquin. Jusqu’à cette date, a noté Gérard Minet, nous n’avions jamais entendu parler de l’Ordre de Malte. Cette situation, où dans chaque centre, suite à un appel d’offre, interviennent des associations différentes et tout à fait préjudiciable. En effet, la cohérence qui existait lorsque la Cimade intervenait dans tous les centres a volé en éclats. »

Une campagne de longue haleine
Joël Hemery, le président de la MRES considère, « que cette politique de mise en concurrence est faite sans se soucier du travail réalisé par les adhérents des associations, et la valeur de ce travail. Par ailleurs, souligne-t-il, aussi, c’est un moyen de créer des rivalités. » Pour faire obstacle à cette politique de marchandisation, les associés de la MRES se sont donc engagés dans une campagne « qui sera, selon les termes de Joël Hemery, de longue haleine, » et « qui ira bien au-delà de 2011. »Le président de la MRES a rappelé « que si l’Europe présidait à la mise en concurrence au nom de l’idéologie libérale, en vérité, dans les dispositions qu’elle a retenue dans la cadre de la directive sur les Services d’Intérêt Généraux, elle ouvre la possibilité aux collectivités (communes, départements, régions) d’adopter des délibérations qui exclus certains services publics de cette règle générale de la mise en concurrence. » Ainsi, la ville de Lille a-t-elle exclu du champ de la concurrence, les crèches et la politique de la ville. La ville de Tourcoing a pris des délibérations excluant plus largement certains services publics de la concurrence.Voilà donc un terrain sur lequel le collectif des associations rassemblé à la MRES peut intervenir. Par ailleurs, ont expliqué les responsables associatifs, la période qui s’ouvre qui va être dominée par la préparation des élections présidentielles et législatives sera l’occasion d’interpeller les élus sur ces questions… (à suivre)

J-P. BIOLLUZ link

Repost 0
Published by LDH LR - dans Actualité
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 08:23

Rencontre autour d’un repas au Rigoletto à la Rochelle, Mardi 15 février 2011.

Nous étions réunis autour de la table : Dadou KHEL (Ligue de l’Enseignement) ,

Bernard TAILLEBOT (Syndicat de la Magistrature, Abdelwahed TATOU ( MRAP),

Annick et Jean AZEMA (Mouvement de la Paix), 

Céline GUILLAUME, Henri BENNI et Evelyne PELLEGRINI et

Henri MOULINIER (Ligue des Droits de l’Homme).

Avait demandé à être excusés Colette DAVAZE (décès d’une parente très proche), Georges GUILLEMAUD (travail). Etaient attendus : Daniel GUERIN (Attac), Christophe GEFFRE (Solidaires 17) et Lofti HAM (empêchement professionnel de dernière minute ).

Nous avons échangé sur le sens de notre démarche COMMUNE, celle d’une cinquantaine d’associations et syndicats au plan national (voir le site dédié au Pacte : www.pactecitoyen.org) : dans la perspective des débats essentiels pour la démocratie dans les 12-13 mois à venir (élections), nous souhaitons assortir nos analyses critiques de PROPOSITIONS ALTERNATIVES concrètes, dans le respect de notre indépendance, en saisissant LES ACTEURS POLITIQUES (partis, mouvements, élus, candidats) dans un démarche CITOYENNE.

Nous avons échangé sur des thèmes et formes de rencontres sur notre secteur rochelais et proposons  à tous les signataires locaux du Pacte:

  1. De nous joindre à l’initiative « pour la diversité », coordonnée par la Ligue de l’Enseignement, en mars, en particulier au Village de la diversité sur le Cours des Dames – Vieux Port, le Samedi 26 mars de 14h à 19h (village de Tivolis mis à disposition par la Ville de La Rochelle). Des animations sont prévues (groupes musicaux, théâtre-forum, … des tivolis sont encore disponibles ou à partager. Contacter Elodie à la Ligue de l’Enseignement : 05 46 41 00 05 – Une réunion d’organisation est prévue Lundi 21 février – 18H 30 – Résidence Lafayette

  2. De proposer que notre ami Bernard TAILLEBOT, représentant du Syndicat de la Magistrature, voit, avec ses collègues, la faisabilité d’une rencontre-débat, dans le cadre du Tribunal de L.R., autour du thème : Faut-il des jurés populaires dans les tribunaux correctionnels, comme le propose le Président Sarkozy ?

  3. De voir avec le Mouvement de la Paix la possibilité de contribuer à la Semaine de la Paix, en Juin.

Nous vous proposons de donner votre avis et de contribuer, sans attendre, à l’initiative du Village de la diversité le Samedi 26 Mars. Tous les signataires du Pacte sont invités.

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 13:06

Communiqué LDH 
Pour la troisième fois en quelques années, Nicolas Sarkozy vient de violer sciemment la norme constitutionnelle la plus fondamentale de la République : la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen.
 

De même qu’il avait désigné Yvan Colonna comme le meurtrier du préfet Erignac avant même qu’aucune autorité judiciaire n’ait examiné le dossier – lequel n’est toujours pas clos –, de même qu’il avait désigné Dominique de Villepin comme le commanditaire des faux de l’affaire Clearstream plusieurs semaines avant le procès – qui a d’ailleurs démenti ce « pré-jugement » –, il vient de qualifier la personne arrêtée dans l’affaire du meurtre de la jeune Laëtitia de « présumé coupable », en répétant volontairement cette qualification qui annule toute différence entre interrogatoire policier et condamnation judiciaire.

Le président de la République, que l’article 5 de la Constitution charge de veiller au respect de la Constitution et dont l’article 64 de cette même Constitution fait le garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire, vient ainsi de se substituer une fois encore aux juges indépendants pour décider de l’innocence ou de la culpabilité d’une personne soupçonnée d’un crime.

Ainsi, non seulement il accuse mensongèrement magistrats et policiers d’avoir manqué aux devoirs de leur charge – alors que c’est la politique qu’il mène depuis des années qui empêche le suivi efficace des personnes déjà condamnées en privant de moyens ceux qui y travaillent réellement –, mais il viole délibérément l’article 8 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen qui garantit constitutionnellement la présomption d’innocence, c’est-à-dire le droit à être jugé dans des conditions conformes à l’état de droit et non désigné publiquement à la vindicte populaire.

Dans toute autre démocratie, un tel comportement serait considéré comme incompatible avec l’exercice de responsabilités politiques au plus haut niveau de l’Etat.

L’article 68 de la Constitution prévoit que le président de la République relève de la Haute Cour « en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». Si la violation délibérée et répétée de la séparation des pouvoirs et d’un des principes constitutionnels les plus fondamentaux de la République ne relève pas de cette procédure, quel niveau de délinquance constitutionnelle faudra-t-il atteindre pour mettre fin à l’impunité présidentielle en la matière ?

La Ligue des droits de l’Homme, qui assure magistrats et policiers de son soutien face à la calomnie, rappelle que « toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution » (article 16 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen). Le respect des lois et de l’ordre public ne se divise pas. Il est gravement menacé lorsque ceux qui ont la charge de le garantir donnent l’exemple de sa méconnaissance.

Paris, le 4 février 2011

Repost 0
Published by LDH LR - dans Actualité
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 19:10

EGYPTE Lettreconjointe EGYPTE Lettreconjointe

La LDH solidaire de la lutte du peuple égyptien pour la démocratie

Rassemblement devant l’Ambassade d’Egypte ce vendredi 4 février à partir de 14h00 et manifestation à Paris le samedi 5 février à 14h30, au départ de la place de la République. 

Une immense demande de liberté se manifeste en Egypte, en écho au soulèvement du peuple tunisien dont l’audace et la détermination ont frappé tout le monde arabe. Là aussi, des partisans de la dictature cherchent à prolonger l’existence d’un régime autoritaire responsable de graves atteintes aux droits de l’Homme.

En soutien à la lutte du peuple égyptien pour la démocratie, la Ligue des droits de l’Homme appelle à unrassemblement devant l’Ambassade d’Egypte ce vendredi 4 février à partir de 14h00 et à manifester à Paris le samedi 5 février à 14h30, au départ de la place de la République.

LE PEUPLE EGYPTIEN EXIGE LA CHUTE DU REGIME SOLIDARITE AVEC LES LUTTES DES PEUPLES ARABES HALTE AU SOUTIEN AUX DICTATURES HALTE A LA REPRESSION ! DISSOLUTION DES MILICES PARA-MILITAIRES

Depuis la « Journée de la colère » du 25 janvier 2011 en Egypte contre la dictature et la pauvreté (la moitié de la population -soit 40 millions de personnes- vit avec moins de 2 $ par jour ), un mouvement populaire sans précédent dans son histoire récente se développe partout dans le pays, du Caire à Suez, d’Alexandrie à Assouan, d’Ismaïlia au bastion ouvrier de Mahalla el Koubra etc.Elle touche désormais l’ensemble des couches sociales. Malgré la censure ( y compris coupures internet et tél.), l’intimidation policière, les provocations, le couvre-feu et une répression sanglante ( plus de 300 morts et des milliers de blessés au 1er février selon l’ONU ), des millions de gens manifestent et tiennent la rue, exigeant la chute de Moubarak et de son régime.

Ils réclament la LIBERTE. La DIGNITE. La JUSTICE SOCIALE. Depuis plus de trente ans, l’Égypte vit sous le joug d’une dictature associant pouvoir et argent : un régime autoritaire, corrompu, illégitime qui gouverne le pays au détriment de son peuple, au profit de lui-même et de quelques alliés stratégiques. Moubarak, mais aussi sa famille, sa cour de ministres aux ordres et ses hommes d’affaires véreux sont autant de vieux visages qui tiennent les mêmes discours pour détourner les Egyptiens de leurs véritables ennemis : corruption, misère, chômage, répression (l’état d’urgence décrété en 1981 est toujours en vigueur), absence d’éducation et libertés muselées, sous le regard complaisant des gouvernements voire la complicité active des instances internationales comme le FMI.

Depuis plus de trente ans, des générations se sont succédées et ont fait face à la même rengaine, aux mêmes discours, à la même politique : toujours au détriment du peuple égyptien et au profit d’un « pharaon » autocrate entouré de notables corrompus. Aujourd’hui, tout change ! L’Egypte ne sera plus jamais la même car son peuple à relevé la tête et le défi du changement, bien décidé à ne plus accepter la soumission. Le vent de liberté réclamant démocratie et justice sociale, venu de Tunisie, a désormais atteint l’Egypte et se propage dans l’ensemble du monde arabe. Les gens n’ont plus peur. Le soulèvement populaire ne se contentera pas de vagues promesses de « transition » démocratique.

Et les Egyptiens comme les autres peuples arabes n’entendent se faire dicter par personne - surtout pas par les dirigeants français, européens et américains complices de Moubarak et du régime - la conduite pour la suite de leur mouvement. Ils comptent sur un large mouvement de solidarité internationale pour dire Halte ! à la répression de leurs aspirations à la liberté, et pour gagner ensemble de nouvelles conquêtes démocratiques, sociales et politiques au niveau international, à commencer par la liberté d’aller et venir et de s’organiser

Plus que jamais, la paix passe par la réussite de la révolution démocratique en cours. Dans l’immédiat, le peuple égyptien veut mettre en échec les manoeuvres dilatoires d’un régime aux abois. Celui-ci a lancé mercredi 2 février 2011 ses « baltaguiya » - des nervis et des milices armées maquillés en manifestants « pro-Moubarak » - à l’assaut du mouvement qui occupait pacifiquement la place Tahrir pour provoquer un sentiment de chaos et pour diviser la population, dans l’espoir de reprendre la main. Le bilan de cette journée est lourd : encore plusieurs morts et des centaines de blessés.

Avec les Egyptiens, la communauté internationale doit dire : HALTE A LA REPRESSION ! DISSOLUTION DES MILICES PARA-MILITAIRES DU REGIME ! MOUBARAK DEGAGE ! VIVE LA REVOLUTION EGYPTIENNE ! VIVE LE PEUPLE TUNISIEN ! VIVE LE PEUPLE EGYPTIEN ! VIVENT LES PEUPLES ARABES EN LUTTE ! SOLIDARITE AVEC LA REVOLUTION EGYPTIENNE ET ARABE !

Comité de solidarité avec la lutte du peuple égyptien 
solidaritepeuplegyptien@yahoo.fr 
liste des signataires sur : egyptesolidarite.wordpress.comlink

Repost 0
Published by LDH LR - dans Actualité
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 21:48

SynthèseClaudetteHans SynthèseClaudetteHans

Circ18 janvier2010 Circ18 janvier2010 

"Associations et pouvoirs publics:

associations en danger"

Organisé par la section LDH de La Rochelle avec l'Azile :  IntroTribune IntroTribune Debat Debat Synthèse Synthèse 

Jean PIAU, LDH, formateur CNFPT,
Guy DENIER, Maire de Périgny, Vice-Président de la C.D.A.
Guy TARDY, Président départemental des Centres Sociaux.

Tribune

 

Introduction et animation par Henri MOULINIER, Président LDH LR, 

Synthèse par Claudette HANS, Vice-Présidente LDH LR.

Repost 0
Published by LDH LR - dans Conférences
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 12:28

 

Communiqué LDH 
Un certain nombre de jeunes étrangers scolarisés en France viennent de découvrir que l’inscription en IUT, pour une formation en apprentissage, leur était interdite sous prétexte d’une réserve de cette formation aux élèves de nationalité française. Le motif invoqué par le ministère, qui assume complètement la situation, serait dû à une volonté de lutter contre le travail des sans-papiers.
 

La LDH dénonce avec vigueur une décision clairement discriminatoire. Ce gouvernement qui n’arrête pas d’invoquer « l’égalité des chances » pour remédier aux inégalités sociales et scolaires fait ici la démonstration de sa capacité à traiter les jeunes différemment en fonction de leurs origines, alors même que l’apprentissage est, pour certains étudiants, la seule possibilité de poursuivre leurs études et donc d’acquérir une qualification. La LDH demande que le ministère de l’Education nationale prenne toutes les mesures pour que soit immédiatement mis fin à ces pratiques discriminantes et à une procédure parfaitement illégale.

Par ailleurs, il semble bien que la procédure informatisée pour s’inscrire dans le post-bac (APB) reconnaisse automatiquement la nationalité du candidat à l’inscription. Cela signifie donc que les fichiers de données personnelles sont interconnectés. Une telle pratique est illégale, au regard de la réglementation qui interdit un usage de fichiers autre que celui qui a présidé à sa construction. Mais de plus, elle est inacceptable au sens où dans le contexte de chasse que le gouvernement exerce contre les sans-papiers, elle transforme les services de l’Education nationale en forces supplétives de la police. Faut-il rappeler que de nombreux jeunes majeurs encore scolarisés se sont vus menacés d’expulsion et parfois expulsés dans les jours mêmes qui ont suivi leur majorité ?

Face à la généralisation des fichiers de l’Education nationale et à leur gestion par un identifiant national, la LDH rappelle son hostilité à l’interconnexion de tous les fichiers contenant des données sensibles et sa demande que l’ensemble des données collectées soient anonymisées avant toute exploitation en dehors du cadre scolaire local, afin de respecter les droits fondamentaux des personnes.

Paris, le 27 janvier 2011


link

Repost 0
Published by LDH LR - dans Actualité
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 16:35

 

Communiqué de presse

Les organisations à l’initiative du contre-congrès du FN remercient les très nombreuses personnes qui ont participé pacifiquement aux différents débats sur le danger de la montée de l’extrême droite en Europe et à la manifestation contre ses idées et ses méthodes racistes.

Elle dénoncent le déploiement disproportionné de forces de police et de gendarmerie qui ont interdit l’accès à une grande partie du centre ville à la population tourangelle.

L’utilisation de véhicules blindés légers, d’hélicoptères et le déploiement de plus de 600 hommes aura coûté à la collectivité plus de 100 000 euros… La rigueur budgétaire est visiblement inconnue des forces répressives de l’État. L’utilisation de ces équipements et de ce déploiement a choqué les tourangelles et les tourangeaux, autant les participants que les spectateurs ou les simples passants qui ont subi les charges…

Preuve s’il en est que le congrès du FN n’avait rien à faire à Tours, qui plus est en plein centre de notre ville, en plus de la nuisance des idées nauséabondes d’extrême droite à Tours, les tourangeaux ont eu à subir les nuisances des gaz lacrymogènes et canons à eau utilisés par la police pour protéger le congrès du FN.

Les organisations condamnent les arrestations arbitraires et violentes (8 jours d’ITT, trauma crânien pour un gardé à vue) qui ont eu lieu à l’issue du rassemblement et des conditions dans lesquelles elles ont été effectuées. En effet, des éléments de la BAC se sont badgés avec des autocollants SUD-PTT et SOLIDAIRES pour effectuer leurs basses besognes. Ce type de procédé, utilisé déjà dans d’autres villes lors du mouvement contre la réforme des retraites, est inacceptable car il porte gravement atteinte à la liberté d’opinion et de manifestation.

Nous serons particulièrement vigilants quant au respect des droits des interpelés dans la suite de la procédure.

Signataires : ATTAC 37, Alternative Libertaire 37, les Alternatifs 37, Les Amis de Demain Le Grand Soir, Comité de soutien aux 4 de Tours, Europe Ecologie-Les Verts 37, Fac Verte 37, FASE 37, FSU 37, Ligue des droits de l’Homme 37, Mouvement Français du Planning Familial 37, Nouveau Parti Anticapitaliste 37, Parti de Gauche 37, Parti Socialiste 37, RESF 37, Solidaires 37 et SUDEtudiants 37.

Allocution de Jean Pierre DUBOIS Président national de la LDH, à Tours le 15 Janvier 2011, Fac de Médecine.DuboisTours DuboisTours

Repost 0
Published by LDH LR - dans Actualité
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 22:53

Livret Livret

L'Etat français prépare un fichier informatique centralisé des compétences,

qui concerne tout individu dès sa petite enfance !livOuvrier

Repost 0
Published by LDH LR - dans Actualité
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 10:35

Associations menaces sur leur vie 001 Associations menaces sur leur vie 001

Aux associations rochelaises
Aux membres de la LDH La Rochelle
Ans ami(e)s de la LDH
Aux lecteurs du Blog LDHLR
Madame, Monsieur, chers amies

La LDH rochelaise organise une Café des Droits de l'Homme,
MARDI 1er février à 18h 30,
à l'Azile Café Théatre (Rue debussy - Saint-Eloi)
sur le thème:
           "Associations et pouvoirs publics: associations en danger"


Avec:

- Jean PIAU, LDH, formateur CNFPT, spécialiste de ces questions
- Guy DENIER, Maire de Périgny, Vice-Président de la C.D.A.
- Guy TARDY, Président départemental des Centres Sociaux

Je vous y invite, vous et les membres de votre Association

Je vous propose de trouver ci-joint l'affichette d'invitation, que vous pouvez, si vous le souhaitez, diffuser
et un article du Monde Diplomatique de Janvier 2011 sur le sujet

Bien cordialement, et en vous souhaitant une bonne année, faite de solidarités et d'espoir

Henri MOULINIER
Président de la LDH La Rochelle


A lire également: Baisse des contrats aidés :
la CPCA et l’Usgeres appellent à l’ouverture d’une concertation pour une véritable
politique publique de l’emploi dans le secteur non marchand :
 CP CPCA Usgeres Emplois aidés -1 CP CPCA Usgeres Emplois aidés -1

Café DH sur Associations 1 2 2011 001

Repost 0
Published by LDH LR - dans Conférences
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 13:48
Repost 0
Published by LDH LR - dans Actualité
commenter cet article

  • : LDH La Rochelle-Aunis
  • LDH  La Rochelle-Aunis
  • : Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen, Section La Rochelle-Aunis
  • Contact

Présentation

  • Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen
  • Blog de la section de La Rochelle-Aunis de la Ligue des droits de l'homme.

Recherche D'articles

Bureau de la LDH LR-Aunis

Président: Jean Marie ARCIER (07 50 20 60 67)

Vice-Président (délégué régional) : Henri MOULINIER (06 77 82 78 87)

Secrétaire: Martine PHILIPPE 06 50 13 64 68

Trésorier (et culture) Claude BARBOSA 07 80 51 50 68

Jacques CATRIN (Collectif diversité) 06 78 79 71 46

Danièle CHABARDES GARONNE (droit des étrangers) (05 46 00 70 76)

Julia ROSSIGNEUX (relations avec l'Université): 06 64 29 51 55

                   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Déléguée aux prisons: Denise PIAU ( 06 08 22 23 57)